Kanazoé Garonne : dimanche 8 juin 17h00

Fusion balaphonique

 

 

C’est l’histoire d’un griot voyageur qui, lors de son exil, puise le son dans la tradition et le magnifie dans la rencontre.

 

Ses baguettes deviennent invisibles tant elles bondissent sur son xylophone aux notes bien aiguisées. Les mélodies viennent de loin, elles ont cheminées. Bien accompagné, il exulte !

 

La virtuosité de l’artiste et l’élan festif sont les deux clefs de voûte de ce projet. Kanazoé et ses musiciens nous offrent une musique à la fois dansante, musclée et émouvante.

 

Seydou Diabaté dit «Kanazoé» vit depuis trois ans à Toulouse. Habitué des festivals africains, ce musicien talentueux s’est déjà fait connaître des puristes en octobre dernier sur la scène du Bijou. Natif du Burkina Faso, ce musicien dont la bonne humeur est contagieuse, se produit ce soir avec son groupe Kanazoe Orchestra constitué de six musiciens du cru à Mix Art Myrys. Une rencontre mise en place par l’association Dell’Arte et le Kif Kif Collectif spécialisé dans les musiques du monde autour de la world music. L’occasion donc de découvrir un artiste animé d’une fougue et d’une rythmique au parcours assez atypique : «Je suis fils de griot, vous savez ce gardien de la tradition orale africaine, explique-t-il avec un délicieux accent. J’ai débuté la musique avec lui, dès l’âge de cinq ans». Multi instrumentiste et auteur-compositeur, Seydou Diabaté joue d’une foule d’instruments de prédilection, dont le balafon dioula (sorte de xylophone). «Je chante en langue dioula et j’écris un peu sur tout ce qui me touche, la famille, l’amour, la société mais aussi le rôle de la musique dans ma vie. Autant de messages lancés». Ce qui n’empêche pas cet artiste d’adorer la chanson française qu’il découvre au fil du temps : «Claude Nougaro est certainement l’un des chanteurs qui m’inspire le plus. D’ailleurs je l’ai déjà joué au balafon. La chanson française est de toute façon très riche».

Kanazoé Orkestra Teaser