Voyages, métissages

 

 

Les voyages ont ceci de merveilleux qu’ils sont le lieu de curieuses expériences : rencontres, métissages, observations, prise de distance, voire mise en danger de soi. On n’en revient jamais tout à fait le même !

 

Le Toulousain Anselme d’Ysalguier en 1402 et l’Ivoirien Nestor Déhi TIEMOKO en 2001 ont en commun d’avoir mis leur vie en danger pour tenter d’échapper à leur condition. Fils cadet d’une famille bourgeoise à une époque où l’héritage revenait au seul aîné de la famille, Anselme d’Ysalguier, issu pourtant d’une famille de notables toulousains, s’aventurait en 1402, dans un voyage qui le menât en pays Songhaï d’où il revint avec une princesse Songhaï. Roger BOUCHAUD nous refait vivre cette histoire dans son roman «L’homme du Sahel» publié par l’Harmattan. Nestor-Déhi TIEMOKO a emprunté les voies de la clandestinité pour s’exfiltrer de son pays au début des années 2000, un voyage, le sien et celui de bien d’autres, dont il s’est inspiré pour son roman-récit « Du rêve au cauchemar » publié aux éditions Kirographaires.

 

Il est heureusement des voyages moins périlleux, mais tout aussi riche d’expériences. Celui par exemple du chercheur africain Lukanga Mukara, envoyé par son roi dans les profondeurs de l’Allemagne pour y étudier les coutumes et les comportements des indigènes et dont Hans PAASCHE, traduit par Julien FORTIN, nous livre les impressions dans Lukanga Mukara, voyage d'étude dans les profondeurs de l'Allemagne (Ed. Magellan et Cie). Cet autre voyage, celui de Yoha, héros de Reviendras-tu ? commis par Jean-Claude NYOUNG, alias Bitjomè Bi Man Mbai (Ed. l’Harmattan), qui décide un jour de "tourner" le dos à son village Itouha pour aller voir si "l'herbe est plus verte" chez les autres.

 

Parce qu’on ne peut tous les faire, les écrivains nous donnent la possibles d’en vivre quelques-uns par procuration et si l’émotion parfois nous emporte au fil des pages, nous restons, abrités derrière les pages, à l’abri des dangers physiques. Nous espérons que la programmation littéraire de cette année dont je vous livre ici un pan, saura vous transporter !

 

 

Eléonore LOU-SIH

Les programmes littéraires des années précédentes sont consultables à l'onglet "Archives"

 

Littérature Jeunesse

En partenariat avec la médiathèque F. Mitterrand, le CRILJ et Le petit qui lit, le festival Afriqu'à Muret met à l'honneur la littérature jeunesse africaine.
Le festival met en place des pistes de projets scolaires (cette année en primaire, mais également possible en collège), avec bibliographie thématique, suivi ponctuel et/ou annuel, mise en avant du rendu final sur les lieux du festival fortement souhaitée, et adaptée aux besoins de chacun.
Nous travaillons également à la venue d'auteur-illustrateur pour juin 2014.
N'hésitez pas à entrer en contact pour toute idée ou envie d'adhérer!

Vous vous intéressez aux littératures africaines?
http://afriquesetlitteratures.wordpress.com/author/afriquesetlitteratures/

Programme littérature jeunesse 2013:
Sous la tente littérature jeunesse: exposition de travaux scolaires
sur le thème de la différence, présentation de nouveautés littéraires, de bibliographies thématiques, animations assurées par "Le petit qui lit" et le CRILJ.

Litterature 2013 Voyages, Métissages

Flyers Littératures 2013
Muret13-Litterature-Mail-ok.pdf
Document Adobe Acrobat 1.8 MB

Les invités

 

Bouchaud, Roger
  Sa carrière dans les travaux publics l’a souvent conduit en Afrique sahélienne. Avec
son roman L’homme du sahel construit sur la base d’éléments historiques, il nous
invite à cheminer avec son héros dans cette Afrique entre Méditérannée et Sahel, au
XVe  siècle.
     L’homme du sahel, L’Harmattan, 2012

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Effa , Gaston-Paul
  Professeur de philosophie installé en Alsace-Lorraine, il est l’auteur d’une dizaine
de romans dans lesquels il est souvent question de sa double culture, camerounaise et alsacienne. Sa rencontre avec l’Alsace remonte à l’âge de 5 ans dans son Cameroun natal, lorsque son père le confia à des religieuses d’origine alsacienne.Cette double culture est le fil d’Ariane de ses écrits.
     Je la voulais lointaine, Actes Sud, 2012   
Dans ce roman, l’auteur fait le portrait d’un fils de féticheur qui, après avoir enterré,
sans même l’ouvrir, le sac totémique que lui a transmis son aïeul, quitte son pays
pour l’Alsace où sa vie, heureuse mais inaccomplie d’étudiant, puis de professeur de
philosophie, éprouve le besoin de rentrer chez lui, juste le temps de retrouver le sac
totémique de son grand-père, de revoir sa mère et d’habiter enfin son être africain
même si chaque vie est une légende.
     Nous, enfants de la tradition, A. Carrière, 2008
     Yaoundé instantanés, Éditions du Laquet, 2003
     Tout ce bleu, Éditions Grasset, 1996

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Fortin, Julien
  Il a rencontré l’Afrique en suivant sa compagne à l’hôpital de Lambaréné au Gabon.
C’est en préparant ce voyage qu’il se rend compte de l’importance des clichés que
l’Occident a de l’Afrique. Conscient de leur imperfection et curieux, il décide de les
confronter à son expérience. Il a également traduit Lukanga Mukara, voyage d’étude
dans les profondeurs de l’Allemagne de Paasche Hans.
     Chroniques du Gabon, Éditions Magellan et Cie, 2009   
     Lukanga Mukara, voyage d’étude dans les profondeurs de l’Allemagne,  
  De Paasche  Hans, traduit et présenté par Julien Fortin. Éd. Magellan et Cie, 2012
Hans Paasche (1881-1920), anarchiste et pacifiste allemand en butte aux idées de
son époque - il  sera assassiné -, se livre ici à une magnifique enquête sur les ressorts
de son pays.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nyoung , Jean-Claude - alias Bitjomè Bi Man M bai  
  Parti de son Cameroun natal pour la France à la fin des années 1980, Jean-Claude
Nyoung, alias Bitjomè Bi Man Mbai a étudié la communication et s’investit depuis de
nombreuses années dans la presse écrite et la radio libre.
     Reviendras-tu ?, L’Harmattan, 2013

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tiemoko , Nestor Déhi  
  Arrivé en France en 2001 par les voies... de l’immigration clandestine, il est installé
depuis quelques années en région toulousaine. Très impliqué en politique et fervent
défenseur de la paix et du respect des droits de l’homme, il se consacre depuis 2010
à la sensibilisation contre l’immigration clandestine.
     Du rêve au cauchemar, Éditions Kirographaires, 2012

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sélection bibliographique

 

 

Daeninckx, Didier
     Galadio, Gallimard, 2010
Allemagne, années 1930. Ulrich est un adolescent de Duisburg comme les autres.  
A un détail près : sa peau est noire... Son père, un soldat africain, est venu en Alle-
magne avec les troupes françaises d’occupation chargées de veiller à l’application du
traité de Versailles. Il est reparti en 1921, quelques mois avant la naissance de cet
enfant, fruit d’un bref amour avec une jeune allemande. Ils sont des centaines comme
Ulrich, à incarner ce que Hitler et les nationalistes ne cesseront de dénoncer, dans
l’entre-deux guerres, comme la ‘honte noire’, symbole de l’avilissement délibéré du
sang aryen par les occupants. Leur sort ne sera en général guère plus enviable que
celui des juifs. Ulrich, pour sa part, va connaître un destin inattendu et mouvementé, et découvrir une autre facette de son identité.

 

 

Diallo, Muriel
    La femme du blanc, Vents d’ailleurs, 2012
Astaï, petite-fille de la femme du Blanc, essaie de percer le secret des rumeurs qui ont
bercé son enfance.
« La femme peule... Recouverte de son voile fin comme d’un ensemble de nondits, elle
a soudain surgi de terre. On a tout de suite raconté qu’elle était l’amie de tout ce qui
porte un venin... »
Suivre la vie de sa grand-mère que tous appellent « Beautiful » l’emmène d’un endroit
à un autre, la fait changer de continent...

 

 

Monenembo, Tierno
     Le terroriste noir, Seuil, 2012
Tout commence en lisière de la forêt des Vosges, un jour de 1940, quand un père et
son fils partis cueillir des champignons tombent par hasard sur un “pauvre nègre”
endormi au pied des arbres. Conduit au village, ce jeune Guinéen adopté en France
à l’âge de 13 ans, à la fois austère et charmeur, y fera sensation. Il saura enflammer
les cœurs, s’attirer des protections. Mais ce n’est qu’un début : en 1942, il entre en
contact avec la Résistance et crée un des premiers maquis de la région. Lancés sur
ses traces, les Allemands l’appelleront « le terroriste noir ».
Qui a trahi Addi Bâ ? Une de ses nombreuses amantes ? Un collabo professionnel ?
Ou tout simplement la rivalité opposant deux familles aux haines séculaires ? À travers
cette figure fascinante, c’est tout un pan méconnu de notre histoire qui défile : ceux
que l’on appelait les tirailleurs sénégalais. C’est aussi la vie quotidienne de la popula-
tion des Vosges, évoquée par Tierno Monénembo avec une verve irrésistible… comme
s’il s’agissait d’un village africain.

 

Ndumbe  III, Kum’a - L oude, Jean Yves
     Dialogue en noir et blanc - Lettres, Présence africaine, 1989
Un Noir écrit à un Blanc. Un Blanc répond à un Noir.
Des lettres postées de Lyon, Yaoundé, Douala, Quincié-en-Beaujolais. Deux hommes
- l’un Camerounais, écrivain, historien, Kum’a Ndumbe III, l’autre, Français, écrivain,
ethnologue, Jean-Yves Loude - correspondent pour s’expliquer la violence du passé
qui les a précédés. Une Histoire difficile entre l’Afrique et l’Occident ; un présent qui
pourrait prendre d’autres chemins... Leur rencontre a lieu à une époque où tout semble avoir été dit sur les rapports Nord-Sud, mais où tout reste à faire.
Deux individus s’approprient le dialogue Sud-Nord avec le parti pris de leurs expé-
riences personnelles, de leurs implications, humeurs et coups de cœur. Ils s’écrivent
des lettres afin de rendre vivante la discussion de sujets souvent considérés comme
réservés aux seuls spécialistes et d’en faciliter l’accès à un public plus large.

 

Sheurmann, Erich
     Le papalagui, Éd. Présence Image, 2001
Le texte est présenté comme un recueil d’observations et de réflexions où la civilisa -
tion occidentale est passée au crible du bon sens d’un dignitaire samoan du début
du siècle : au retour d’un voyage en Europe, Touiavii ne cache ni sa surprise ni son
indignation après avoir constaté l’étrange manière dont vivent les ressortissants d’une grande  puissance  coloniale  ;  il  s’amuse  du  manque  de  savoir-vivre  des  Blancs  et s’indigne de leur hypocrisie. Près d’un siècle plus tard, la charge n’a rien perdu de sa pertinence. L’introduction d’Eric Scheurmann souligne la portée universelle du regard de celui qu’il présente comme son ami : « Touiavii, l’insulaire sans culture, considérait toutes les acquisitions culturelles européennes comme de la folie, comme une impasse […]. Mais il le fait avec le ton de la mélancolie, témoignant que son ardeur mission-naire prend sa source dans l’amour humain, non dans la haine » (p. 13).

 

A propos du toulousain Anselme d’Ysalguier
et la princesse Songhaï Salou Casaïs

 

Le Chevalier songhaï de Philippe Frey , Laffont, 2000
Les tambours de Gao  de Roland B rival , Lattès, 1985
Une idylle franco-songhay au XV e  siècle de Ibrahima Baba K aké , Paris - Dakar -  
  Abidjan, 1975
Publié en 1975 dans le cadre de la série Grandes Figures africaines destinée aux
écoliers africains, l’historien malien Ibrahima Baba Kaké évoque dans ce roman de
95 pages, de manière fantaisiste peut-être, l’histoire  de la princesse Songhaï Salou
Casais avec le toulousain Anselme d’Ysalguier.

 

Métissage et acceptation de la différence

 

 

  •  Sélection Jeunesse

Diallo, Muriel
     Simaga, le cheval sans papiers, Vents d’ailleurs, 2008
Dans le marais, un poulain noir s’égare et confond la lune avec sa mère. Il se perd, et
se retrouve confronté au rejet de la communauté en raison de sa différence de couleur. Mais un jour la lune réapparaît, et Simaga retrouve le chemin vers sa mère et les siens.
    Le mineur et le boulanger, Vents d’ailleurs, 2007
En pleine tempête de neige, un mineur et un boulanger se rencontrent pour la première fois autour de la soupe de l’aubergiste.

 

Crahay , Anne - Yzac, Adeline
     De quelle couleur sera le bébé ?, Alice Jeunesse, 2008
Ma tatie Zoé, la soeur de maman, est arrivée cet après-midi à la maison. Elle nous a
présenté son mari. Elle l’a rencontré en voyage, en Afrique. Il s’appelle Arb. Il est très
grand. Et puis, il est tout noir. Il nous a raconté plein d’histoires sur son pays. Des
histoires de baobabs géants, de girafes minuscules, de chacals rusés... À la fin de tout
ça, il nous a dit : « Zoé et moi allons avoir un bébé. Vous aurez un petit cousin à Noël. »
Reuss , Didier - Reuss -Nliba , Jessica
     Ma famille du Cameroun de Paris à Yaoundé, L’Harmattan, 2011
Petite fille métisse née d’une maman camerounaise et d’un papa français, Tania, âgée
d’une dizaine d’années, découvre le Cameroun pour la première fois, lors d’un voyage
en famille. Elle va rencontrer les parents et les frères et soeurs de sa maman, et découvrir le sud du Cameroun avec son cousin Paul, qui a le même âge qu’elle. Tous les deux vont apprendre à se connaître et partager leurs cultures respectives.


Leblanc , Catherine - Charpin , Sophie
     Ma couleur, Balivernes, 2007
Depuis que ses parents se sont séparés, Fathi ne sait plus qui il est. Métis, il ne sait pas quelle est sa couleur : noire, blanche, café au lait, chocolat. Et quand il pose la question, personne n’a la même réponse. Quelle sera la sienne ?
Cet ouvrage peut également être lu par de jeunes adolescents.

 

 

 Sélection Jeunes Adolescents

 

 

Atangana, Louis
     De nulle part, Éditions du Rouergue, 2002
Il s’appelle Vincent Ntuygwentondo. Tout ce que lui a laissé son père, c’est ce nom de
famille difficile à prononcer et la couleur tabac brun de sa peau. Ses copains, Lulu,
Mouloud, Joao, Boubacar, Nabil, savent de quel bled ils viennent. Lui, son seul pays,
c’est la cité Empalot, au sud de Toulouse. Il y vit avec sa grand-mère maternelle, une
femme revêche et silencieuse, qui refuse de parler du passé. Quels secrets cache-
t-elle  ?  Pourquoi  refuse-t-elle  de  parler  des  parents  de  Vincent  et  de  sa  propre  histoire ? Vincent va être obligé de fouiller dans ses tiroirs à la recherche de photos, de lettres oubliées. Et de partir à la recherche de cette famille en noir et blanc...


Russo, Albert
     Léodine l’Africaine, Editions Ginkgo - Collection Lettres d’ailleurs, 2011
Ce livre raconte l’enfance et l’adolescence de Léodine, fille de colons. Née au Congo
Belge au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle apprend adolescente que
dans ses veines coule du sang noir, celui de son arrière-grand-mère, esclave en Loui-
siane. Cela va changer sa perception du monde. Mais peut-on changer « qui l’on est «
Albert Russo est l’écrivain par excellence du métissage. Nous allons du Noir au Blanc,
de l’homme à la femme, de l’Afrique à l’Amérique du Nord.

il nous fait réfléchir sur nos origines. La description qu’il fait du Rwanda et de la région
des Grands Lacs incite à la réflexion. Nous la connaissons surtout aujourd’hui pour les
massacres qui ont eu lieu entre Hutus et Tutsis. Russo nous parle d’un paradis perdu,
là où nous nous souvenons de l’enfer. Toute la beauté du Congo dans un tourbillon
d’odeurs, de jeux de lumière, de sensualités qui vous entraînent avec une force incompréhensible pour celui qui n’a jamais foulé le continent africain.
Avec Léodine l’Africaine, Albert Russo revient sur le terrain de son enfance et nous livre une très belle réflexion sur l’Afrique des années 50 et sur le sens des origines.

 

 

Sélection histoire de l’Afrique à travers le voyage

 

 

  • Albums Jeunesse

 

Loude , Jean-Yves - Epania, Christian
     Voyage de l’empereur Kankou Moussa, Le Sorbier, 2010
En échange d’un peu de poussière d’or, le vieux Kouyaté raconte aux enfants le fabu-
leux voyage de Kankou Moussa jusqu’à La Mecque. Qui était donc cet empereur de
légende, dont l’histoire se transmet de génération en génération ? Régnant au XIV e  
siècle sur l’un des pays les plus riches du monde, l’empire du Mali, Kankou Moussa
brilla par sa générosité et son sens de la justice. Mais il rentra de son incroyable pèle-
rinage alourdi de dettes... Un épisode raconté par Jean-Yves Loude, dans l’esprit des
traditions orales, et magnifiquement illustré par Christian Epanya.


  Konate, Dialiba
     L’épopée de Soundiata Keïta, Seuil, 2002
Tout le savoir et l’art de Dialiba Konaté sont ici réunis pour rendre hommage à celui
qui  fut  autrefois,  au  clair  pays  de  la  savane,  le  fondateur  de  l’empire  du  Mali  (ou Manding) : Soundiata Keïta. Retraçant les étapes de ce destin hors du commun, ces dessins, exécutés selon différentes techniques originales, forment une œuvre considérable patiemment construite depuis plus de quarante ans. Dialiba Konaté rejoint ainsi la préoccupation des griots et des sages généalogistes : que la mémoire du passé reste vive pour construire le présent

 

  •  Romans

 

Mouchard , Christel
     La Princesse africaine : T. 1 - Sur la route de Zimbaboué, Flammarion, 2011
Depuis près d’un an, la princesse Tchinza est prisonnière du roi Shaka, qui veut en faire son épouse. Elle a été emmenée loin de sa mère, la reine de Zimbaboué, loin de son peuple et de ses amies. Elle rêve de pouvoir retrouver son royaume. Un jour, arrivent un étranger et son expédition : ils cherchent à gagner Zimbaboué, la légendaire ville de pierre. Tchinza les convainc de leur servir de guide, même si elle sait que la route sera pleine de dangers. Le voyage ne fait que commencer...


   La Princesse africaine : T. 2 - La prisonnière de Zanzibar, Flammarion, 2007
Après un long périple, Tchinza, la princesse shona, est enfin de retour dans son village
natal. Mais c’est pour découvrir que sa mère, la reine Nehanda, a été enlevée par des
trafiquants d’esclaves. Ils l’ont emmenée sur l’île de Zanzibar et vendue au sultan.
Celui-ci la tient prisonnière dans son harem. Avec l’aide de ses amis, Tchinza décide
d’aller la délivrer..


McKissack , Patricia-C
     Nzingha, princesse africaine - 1595/1596 - Traduit par Marie Saint-Dizier,  
  Gallimard-Jeunesse, Collection Mon Histoire, 2006
Partage le journal de Nzingha et vis avec elle le destin palpitant d’une jeune princesse
africaine. « Juillet 1595. Peut-être un jour, ces quelques pages apprendront-elles à
d’autres que moi, Nzingha, première fille du ngola Kiluanji, j’étais une Mbundue, de ce
peuple libre et puissant qui n’eut pas peur de défendre notre bien-aimé pays Ndogo,
dans la vallée du fleuve Cuanza.


Hill, Lawrence
     Aminata, Présence Africaine, 2012
Si le livre Racines d’Alex Haley fut porté par un personnage masculin, celui de Law-
rence Hill met en scène un personnage féminin. A l’âge de onze ans, Aminata Diallo  
est arrachée à sa famille dans un village de l’actuel Mali par des négriers. Commence
alors une longue marche qui durera plus de trois mois et au bout de laquelle la fil-
lette se retrouvera avec d’autres esclaves dans un bateau en direction de l’Amérique.
Aminata deviendra plus tard une esclave dans une plantation en Caroline du Sud. Elle
réussira à s’enfuir et se retrouvera à New York, puis en Nouvelle Ecosse et en Sierra
Leone. Si Aminata nous paraît vraie et vivante dans cette haletante odyssée, c’est
grâce à une écriture fluide et limpide où, derrière chaque mot se lit en réalité la quête  intérieure de l’auteur...

 

  •  Bande Dessinée

 

Mathieu , Esteban - Dorison , Guillaume - Telo, Julien
     Mary Kingsley - La montagne des dieux, Glénat, 2012
1892. À trente ans, Mary Kingsley n’avait encore jamais quitté les environs de Londres
lorsqu’elle embarque seule pour l’Afrique occidentale à la rencontre de peuples décrits
comme des cannibales sauvages et sanguinaires. Elle part pour mourir. Auprès d’eux,
elle va pourtant apprendre à vivre...


Dabitch , Christophe - Pendanx , Jean-Denis
     Abdallahi, Le serviteur de Dieu - Intégrale, Futuropolis, 2011
De l’Afrique, seules les côtes étaient connues par les Européens. Ils y avaient installé
leurs comptoirs d’où ils pouvaient tirer le plus grand des profits. L’intérieur des terres
restait inconnu et dangereux. Ceux gui s’y étaient aventurés n’en étaient pas revenus.
René Caillé fut le premier à réussir cet exploit. Sans argent ni soutiens, ce jeune fran-
çais se convertit à l’Islam et devient Abdallahi, le serviteur de Dieu. Dans un périple
de 4 500 kilomètres il arrivera seul à Tombouctou, ville mythique interdite aux Blancs,
ouvrant sans le vouloir la voie à la colonisation de l’Afrique...

 

  • Documentaires

 

Boilley , Pierre - Chrétien , Jean-Pierre
     Histoire de l’Afrique ancienne - VIII  e -XVI  e  siècle, Glénat, 2012
L’Afrique a une histoire. Une histoire, et c’est là une très bonne nouvelle, qui entre au-
jourd’hui dans les classes. Une histoire d’une telle richesse, d’une telle densité qu’elle
doit, ici, être limitée dans le temps (entre le Vlll e  et le XVI e  siècle) et dans l’espace
(l’Afrique subsaharienne), sans renoncer à quelques exceptions. Pour relever ce défi -
une histoire longue couvrant une bonne moitié de continent - il a été fait appel à deux
historiens de l’Afrique, Jean-Pierre Chrétien et Pierre Boilley. Le premier est spécialiste
de l’Afrique des Grands lacs, le second de l’Afrique de l’Ouest. Tous deux ont mis à
contribution leurs très grandes compétences (et celles de l’équipe du Centre d’études
des mondes africains-CEMAf), afin de mener à bien ce projet politique.